En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Actualités

Participer au Goncourt des lycéens : une expérience hors du commun

Par coordo vinci, publié le mercredi 22 novembre 2017 13:29 - Mis à jour le mercredi 22 novembre 2017 13:29
Lycée Léonard de Vinci_photo de présentation.jpg
15 romans en 8 semaines, retour sur l'expérience vécue par les 1L1 du lycée.

15 romans en 8 semaines

Les élèves de 1L1 du lycée ont eu environ huit semaines pour lire les quinze romans sélectionnés. Le top départ de ce véritable marathon littéraire a débuté le 05 septembre, avec la parution de la liste des livres du Goncourt. L’aventure s’est poursuivie à Rennes, lorsque les élèves ont pu rencontrer les auteurs en liste, et faire dédicacer leurs livres.

http://www.ac-nantes.fr/medias/photo/jury-nat_1510739849509-jpgLéa ROUAULT a été choisie par ses camarades pour représenter la classe aux délibérations régionales qui ont eu lieu au restaurant La Cigale, à Nantes, le 13 novembre. Elle a de nouveau été sélectionnée pour représenter le Grand Ouest aux délibérations nationales de Rennes, le 16 novembre, avec 13 autres élèves venus de toute la France et du lycée français de Rome.

 

Après trois heures de débat, le roman d’Alice ZENITER, l’Art de perdre, a été élu au troisième tour de scrutin, à une voix devant Bakhita, de Véronique OLMI.

Les résultats ont été annoncés en direct, à la presse, depuis l’Hôtel de Ville de Rennes.

L’ensemble des jurés est ensuite parti à Paris, à la Fnac des Ternes, pour décerner le prix à l’auteur. L’émouvant discours d’Alice ZENITER a fait rire et pleurer l’assemblée, tout comme celui prononcé par les jurés.

 

« Un roman traduit du silence ». Telle est l’expression utilisée par l’académicien Tahar BEN JELLOUN, qui a inauguré la cérémonie de clôture, pour qualifier l’ouvrage d’Alice ZENITER. Pour Léa, la romancière « fait chanter les mots », « avec son style poétique et fluide ».

Alice ZENITER retrace, sur trois générations, l’histoire d’une famille de Harkis, ces Algériens qui ont soutenu la France pendant la guerre d’indépendance.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe